Please enable JS

Inauguration de Protestants en Fête au Conseil de l’Europe

Inauguration de Protestants en Fête au Conseil de l’Europe

Discours de François Clavairoly, Président de la Fédération protestante de France ;
Allocution de M. Gérard Collomb, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur ;
Salutations de Christian Albecker, Président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine ;
Discours de M. Roland Ries, Maire de Strasbourg ;
Discours d’Anne Brasseur, ancienne  présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, chargée des relations avec les cultes ;
Discours de M. Wolfgang Schäuble, président du Bundestag de la République fédérale allemande.


crédit photo : FPF/ Karine Bouvatier.

Plus de photos

Discours inaugural PEF 2017 – Conseil de l’Europe Vendredi 27 octobre 2017 François Clavairoly Président de la Fédération protestante de France

Cet anniversaire d’un demi-millénaire de protestantisme est un événement heureux et prometteur. « 500 ans de Réformes », au pluriel, « Vivre la fraternité », tel est le message que la Fédération protestante de France a voulu transmettre à la société tout au long de cette année 2017, depuis les vœux de janvier jusqu’à ce jour. Oui, tel est le défi : vivre la fraternité dans un monde globalisé mais fracturé, dans une société démocratique mais traversée par des tensions, dans nos Eglises unies en Christ mais parfois si divisées.

Vivre la fraternité dans la confiance et dans la persévérance. La programmation de ces trois jours anniversaires est riche, inspirée, inspirante. Elle illustre la vitalité des Eglises, des communautés, des œuvres et des mouvements protestants.

La Réformation, celle du XVIe siècle, celle dont la date symbolique de naissance est 1517, même si elle prend sa source en amont dans les siècles qui la précèdent, au temps de Pierre Valdo, de Jean Huss et de tant d’autres, aura été un événement public et européen.  Un événement marqué au sceau du débat public et notamment universitaire, un événement dépassant largement les frontières d’une région ou d’un pays, un processus de réformes, au pluriel, mettant en œuvre pour longtemps une proposition inédite et intelligente, celle d’une alternative possible au sein d’un christianisme multiple, jusqu’aujourd’hui-même.

Lire la suite du discours de François Clavairoly

Allocution de M. Gérard Collomb, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur

C’est un honneur d’inaugurer ce soir l’événement « les Protestants en fête », organisé à l’occasion du 500ème anniversaire de la Réforme.
Je tiens à remercier chaleureusement le pasteur CLAVAIROLY de son invitation, qui me permet de m’exprimer pour la première fois devant la communauté protestante française depuis ma nomination comme Ministre de l’Intérieur, Ministre chargé des relations avec les cultes.
Mais aujourd’hui, je ne vous parlerai pas seulement de la France.
Car si le pasteur CLAVAIROLY a souhaité que cette cérémonie se tienne dans la belle enceinte du Conseil de l’Europe, s’il a voulu qu’elle se conclue par une interprétation de l’Hymne à la joie, s’il a invité, cher Wolfgang SCHAUBLE, le Président du Bundestag, c’est bien pour signifier, à l’occasion de cet anniversaire, les liens singuliers unissant la Réforme et l’Europe.
Et c’est vrai : la publication des 95 thèses de Luther sur les murs de l’église de Wittenberg le 31 octobre 1517, est de ces rares moments ayant profondément changé le cours de l’Histoire de notre continent.

Lire la suite de l’Allocution de M. Gérard COLLOMB, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur

Salutations de M. Christian Albecker, Président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine

Avec le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, nous sommes heureux de vous saluer, ici à Strasbourg, dans cet hémicycle ô combien symbolique du Conseil de l’Europe, 500 ans presque jour pour jour après le geste fondateur de Martin Luther. 500 ans d’un message qui a fortement marqué l’histoire et dont nous voulons fêter l’actualité sous le signe de la fraternité. Sur les rives du Rhin, témoin de tant de guerres fratricides, nous voulons d’abord affirmer notre fraternité européenne, symbolisée aujourd’hui par la présence conjointe du Dr Wolfgang Schäuble, nouveau président du Bundestag allemand et de M. Gérard Collomb, Ministre d’Etat chargé de l’Intérieur et des cultes.

Lire la suite des salutations de Christian Albecker

Discours de M. Roland Ries, Maire de Strasbourg, à l’occasion de Protestants en Fête

Je m’associe bien évidemment aux salutations adressées par Christian ALBECKER et je vous salue chaleureusement chacune et chacun en vos grades et qualités.
Nous avons ouvert en début d’après-midi les festivités de Protestants en Fête au coeur de la ville, et nous avons pu prendre la mesure de l’ampleur de cette manifestation et de son extraordinaire ambition: rassembler durant trois jours près de 15 000 personnes, dont de très nombreux jeunes, autour des valeurs du protestantisme, et plus largement, autour de valeurs spirituelles.

Lire la suite du discours de Roland Ries

Discours d’Anne Brasseur, ancienne  présidente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, chargée des relations avec les cultes

Il y a deux ans j’avais l’honneur de m’adresser à vous dans le cadre de l’ouverture de l’année luthérienne organisée par l’Eglise protestante allemande. Aujourd’hui le privilège m’échoit de vous souhaiter la bienvenue au nom de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et je vous remercie d’avoir choisi Strasbourg et notre hémicycle pour l’ouverture officielle de « Protestants en fête ».
En effet Strasbourg, la Ville de Gutenberg et de l’imprimerie, contribua largement à la diffusion des écrits de Luther. Strasbourg, avec sa cathédrale millénaire fut une église protestante pendant près de 150 ans à partir de 1521. Strasbourg, ville du réformateur alsacien Martin Bucer qui officiait à l’église Saint-Thomas et qui est considéré comme le plus conciliant des réformateurs. Enfin Strasbourg, siège du Conseil de l’Europe, regroupant 820 millions de citoyens de 47 pays, pour défendre ensemble les droits de l’homme, la démocratie et l’état de droit.

Lire la suite du discours d’Anne Brasseur

Discours de M. Wolfgang Schäuble, président du Bundestag de la République fédérale allemande

Les commémorations de la Réforme ne se déroulent jamais in abstracto. Cela est particulièrement évident pour le responsable politique qui doit s’exprimer sur le sujet. Car la Réforme a depuis toujours revêtu une dimension politique. Au cours des siècles, elle a influencé les évolutions politiques en Allemagne et en Europe. En revanche, je ne pense pas que la Réforme puisse être considérée principalement comme un événement politique. Pour Luther, Calvin et tous leurs partisans, les questions de la foi et de la religion étaient au premier plan. Nous ne devons pas l’oublier. Mais ces préoccupations religieuses et spirituelles étaient à l’époque étroitement liées à des problèmes politiques, ce qui a peu changé au cours des siècles.
Martin Luther lui-même connaissait très bien les détails de la politique allemande et européenne de son époque, aussi surtout de la politique financière. Ses écrits ne traitent pas seulement de la justification tirée de la foi, mais aussi des impôts et des taxes justes et injustes, des droits et des devoirs des états spirituel et temporel, des relations des princes allemands avec l’Empereur et le Pape et ainsi, comme nous le dirions aujourd’hui, de la relation entre religion politique.

Lire la suite du discours de M. Wolfgang Schäuble



Articles en relation